Il s’agit là d’élargir la réflexion et à intensifier les interventions autour des problématiques de surveillance entomologique, de résistance aux insecticides, de lutte anti-vectorielle (LAV), des impacts des insecticides sur l’environnement. Mais il s’agit aussi du lien entre les dynamiques des populations de vecteurs et les maladies transmises tenant compte des changements environnementaux et climatiques.

De plus, dpuis le début de la 3ème phase (RSIE3), le réseau SEGA – One Health a programmé des interventions en rapport avec le changement climatique et son impact sur la santé. Et ce, au regard de la vulnérabilité des îles de l’océan Indien face au changement climatique.

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

Cartographie

des principales espèces vectrices de maladies

Innovation en surveillance et outils de diagnostics

  • Renforcement de la collaboration entre les différents acteurs impliqués dans la surveillance des maladies vectorielles et des vecteurs
  • Surveillance des vecteurs invasifs et des pathogènes aux ports et aéroports
  • Développement d’outils de diagnostics des vecteurs et des maladies vectorielles

Prévention et contrôle

  • Surveillance de la résistance aux insecticides
  • Renforcement des capacités nationales et régionales de lutte anti-vectorielle

Analyse des nouveaux risques sanitaires

liés au changement climatique
  • Effets directs : mortalité et morbidité liés aux événements extrêmes, mortalité et taux de morbidité liés aux maladies infectieuses
  • Effets indirects : disponibilité de l’eau, insécurité alimentaire et nutritionnelle, élévation du niveau des mers….

Approche globale de la santé publique

intégrant santé humaine, animale et environnementale

Mise en place d’une surveillance intégrée sur les maladies et syndromes climato-sensibles et d’un système d’alerte précoce

Adaptation et résilience

Promotion de mesures d’adaptation et de résilience face aux effets du changement climatique sur la santé humaine et animale

Réalisations et meilleures pratiques

Lancement de l’intégration à travers des ateliers dans la région regroupant les acteurs de lutte anti-vectorielle (LAV), surveillance et laboratoires :

  • Formations LAV des techniciens des États membres, à La Réunion

  • Formations régionales en 2014 et 2017 sur la surveillance de la résistance des moustiques aux insecticides (tests phénotypiques)

  • Évaluation des dispositifs LAV/Entomologie dans les États membres en 2017 par l’IPM, en préparation à la lutte contre les arboviroses et plus particulièrement le Zika

  • Partage d’informations et connaissances :

    • Téléconférences thématiques régulières
    • Retours d’expérience entre Maurice et La Réunion (visites d’échanges, partage d’expérience)
  • État des lieux du risque vectoriel (audit technique)

  • Revue documentaire sur :

      • Profils socio-démographiques des pays membres de la COI
      • Profils sanitaires et épidémiologiques des pays membres de la COI;
      • Histoire contemporaine des pays membres de la COI
      • Plans nationaux de lutte contre le changement climatique
      • Plans nationaux de lutte/coordination contre les évènements catastrophiques
      • Recherche/mesure d’impact du changement climatique sur la région en terme climatique, météorologique, sanitaire, migratoire, économique. Notamment auprès de la Banque Mondiale, PNUD, OMS, FMI, GFDRR, CADRI, Notre-Dame University, …
      • Dépendance alimentaire des pays de la COI
  • Ateliers régionaux :

    • sur la thématique “risque vectoriel” (2020)
    • pour la mise en place d’une surveillance intégrée des syndromes et maladies climato-sensibles et un monitoring des impacts du changement climatique sur la santé (juillet 2021)
    • pour le suivi des indicateurs de surveillance entomologique (juin 2022)