Chiffres clés

avec :

  •  326 parutions du bulletin de veille de l’océan Indien (BVOI)
  • une téléconférence hebdomadaire
  • des échanges plus directs et plus fréquents en cas de crise

avec :

  • des centres d’excellence régionaux et des organisations internationales
  • un décloisonnement sectoriel à l’échelle nationale et régionale (épidémiologie, vétérinaire, biologiste, lutte anti-vectorielle…) : le réseau SEGA – One Health est le seul à ériger le concept One Health comme « mode de travail » pérenne à travers un engagement de tous les gouvernements de la COI. L’UVS, organe de coordination du réseau, est ainsi organisée selon le concept One Health.
  • des pôles thématiques d’excellence régionaux sur différentes thématiques : veille sanitaire et surveillance, santé animale et zoonoses, risque vectoriel, laboratoire, surveillance aux frontières, FETP
  • un rayonnement international et de la visibilité pour les États membres de la COI. Ce réseau de plus de 250 professionnels de santé, multisectoriels et multi-pays, est un exemple connu, un cas d’école dans la mise en œuvre du concept One Health au niveau mondial.
  • 21 épidémiologistes de terrain formés via le programme FETP reconnu au niveau international (affiliation à TEPHINET qui regroupe tous les programmes de ce type).
  • 20 à 40 personnes par État membre formées sur les notions de base de la surveillance et de l’investigation d’épidémie durant le 1ère phase de RSIE.
  • Plus de 400 personnes formées durant le RSIE2 dont 43% de femmes sur des thématiques diverses (épidémiologie, cartographie, surveillance intégrée des maladies et ripostes, maladies infectieuses et définition de cas…)
  • Websurveillance aux Seychelles, mHealth aux Comores et à Madagascar, e-surveillance standardisée en santé animale pour les Comores, Madagascar, Maurice et Seychelles.
  • 17 systèmes de surveillance mis en place/renforcés (8 en santé humaine, 6 en santé animale et 3 en One health).
  • Des services de surveillance mieux équipés (matériels informatiques, connexions Internet, véhicules, kits de télécommunication) avec des équipes de terrain préparées, un accompagnement technique, des supervisions et des formations continues régulières.
  • Environ 150 investigations d’épidémies / événements sanitaires.
  • Ripostes à des événements sanitaires : fièvre aphteuse à Maurice et aux Comores, la peste à Madagascar, la rougeole à Madagascar, la Covid-19 à l’échelle régionale.
  • Support aux demandes de statut indemne (fièvre aphteuse, peste des petits ruminants)

développé en partenariat avec l’Institut Pasteur de Madagascar.

Après avoir débuté sur son cœur de métier qui est le renforcement de la veille sanitaire et du partage d’informations, les activités du réseau SEGA – One Health ont très vite évolué pour intégrer différents axes thématiques. Actuellement, le réseau SEGA One Health est composé de différents sous-réseaux thématiques, avec des ponts et des interactions entre eux. Il s’agit des pôles thématiques d’excellence.

Une valeur ajoutée concrète

Évaluation coûts et bénéfices, sur 5 ans, de la lutte contre la fièvre aphteuse à Maurice.