Un atelier régional “risque vectoriel et changement climatique” s’est tenu à Maurice du 21 au 24 juin. Ce dernier a réuni une cinquantaine d’experts en entomologie, climat, environnement.

Qu’est-ce qu’une maladie vectorielle ?

Il s’agit d’une maladie infectieuse transmise par un vecteur, souvent un moustique ou une tique. Le Chikungunya, à titre d’exemple, est une maladie vectorielle, transmise par le moustique tigre.

Importance de la surveillance entomologique

La surveillance entomologique consiste en l’identification d’insectes vecteurs de maladies. Plus précisément, il s’agit d’analyser les variations de population d’insectes ou encore de nouvelles espèces, via la pose de pièges. Cela permet notamment d’évaluer les risques et ainsi lutter contre ces maladies.

Objectifs et retombées de l’atelier

L’objectif de cet atelier était double :

  • standardiser les protocoles de surveillance entomologique
  • renforcer la surveillance épidémiologique

Pour ce faire, il a été convenu plusieurs axes d’action :

  • élaboration d’un rapport sur les indicateurs de suivi des syndromes et maladies climato-sensibles
  • stages de formation en entomologie
  • livraison d’équipements d’entomologie
  • mise en place de dispositifs de surveillance
  • sessions de prélèvements pour la surveillance de la résistance aux insecticides
Consulter le communiqué